Canadian Institue Of Planners

Shaping our Communities
Sustaining Canada's Future.

Jack T. Allston FICU (1924-2007)

 
Jack
Le colonel Jack T. Allston, FCIP, ancien président de l'Institut d'urbanisme du Canada (1968), membre fondateur de l'Institut des urbanistes de l’Atlantique (1968) et Fellow de l'Institut canadien des urbanistes (1979) est décédé à St. John’s, Terre-Neuve-et-Labrador, le 1er avril 2007, à l'âge de 83 ans. Avec sa mort, une ère très particulière dans l'histoire de l'urbanisme à Terre-Neuve-et-Labrador a également disparu. Jack T. Allston a grandi à Colchester en Angleterre. Il était vétéran de la Seconde Guerre mondiale au sein des Royal Engineers, ce qui contribuera à jeter les bases de sa future carrière d'urbaniste professionnel au Canada.
En 1954, à l'invitation de l'urbaniste Stan Pickett, Jack Allston, son épouse Patricia et leurs deux jeunes garçons traversent l'Atlantique par bateau et arrivent par le détroit de St. John’s. Lors de ce voyage, Ray Balston se joint à Jack Allston, et les deux urbanistes sont accueillis sur les quais par Sir Brian Dunfield et l'évêque Abraham. Jack Allston aurait dit avec tendresse que « la loi et l'église étaient venues les accueillir à Terre-Neuve-et-Labrador. » Leur arrivée marque la présentation de la ville et le début de l'aménagement du territoire à Terre-Neuve-et-Labrador. Le colonel Allston et Ray Balston sont d'abord employés comme urbanistes par la ville de St. John’s, à l'Hôtel de Ville situé sur la rue Duckworth. Peu après, Jack travaille pour le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador où il occupe le poste de directeur de l'urbanisme; il établit son cabinet dans le « Bureau provincial de la planification ».
Durant son long mandat à titre de directeur, il utilise une approche stratégique de l'urbanisme qui s'inspire manifestement de l'approche militaire. Jack présente la Urban and Rural Planning Act qui définit le cadre législatif de l'urbanisme concernant l'aménagement communautaire et rural. La loi est fortement influencée par le système de planification britannique. De nouveaux concepts d'urbanisme sont introduits, tels que les plans régionaux, municipaux et locaux; la règlementation sur la protection des routes pour le réseau routier de la province; un processus d'audience du public; et un système de recours en matière d'aménagement. Le contrôle centralisé du système passe par le bureau provincial de la planification où les plans communautaires et « la règlementation en matière d'élaboration de modèles » sont mis au point et adoptés pour bon nombre des 300 collectivités partout dans la province. On a ainsi pu proposer une approche uniforme et cohérente pour des projets d'urbanisme et de développement, ce qui n'existait pas auparavant. Le bureau provincial de la planification était un modèle provincial quant à la prestation de services en matière d'urbanisme pour les petites collectivités. L'approche stratégique et méthodique de Jack Allston a tellement impressionné le premier ministre Joseph R. Smallwood qu'il voulait associer le bureau provincial de la planification dans la plupart des projets importants et demander conseil à Jack sur des enjeux qui touchent l’ensemble de la province. Sous sa direction, de nombreux urbanistes ont appris l'art et la pratique de l'urbanisme et ont diffusé cette expérience partout au Canada. On a souvent dit que Jack est venu à Terre-Neuve-et-Labrador à une époque où la province avait besoin d'un « visionnaire ». Jack œuvre au sein du Royal Newfoundland Regiment où il a été commandant divisionnaire de 1965 à 1968. En 1967, il prononce l'ouverture du tattoo sur le lieu historique national de Signal Hill. Il était aide de camp du gouverneur général, le très honorable Roland Michener à la fin des années 1960 et au début des années 1970. Jack prend sa retraite du bureau provincial de la planification en 1986, mais son intérêt pour l'histoire et la jeunesse a nourri son engagement envers le tattoo, le musée du Royal Newfoundland Regiment et l'association des lieux historiques de Terre-Neuve-et-Labrador. Jack était actif au sein de sa paroisse. Il a été ministre de l’eucharistie et conseiller lors de la visite du pape en 1984.
L'héritage de Jack en matière d'urbanisme se perpétue dans les améliorations apportées à la qualité de vie des collectivités que les habitants de Terre-Neuve et du Labrador apprécient chaque jour.