Canadian Institue Of Planners

Shaping our Communities
Sustaining Canada's Future.

James W. Wilson FICU (1918–2009)

 
James
M. Wilson est né à Kilsythe, en Écosse. Malgré la perte quasi totale hâtive de son ouïe, M. Wilson a obtenu un diplôme en génie civil de l’Université de Glasgow et a obtenu une bourse pour étudier au M.I.T. M. Wilson s’est ensuite rendu en Colombie-Britannique pour travailler à la BC Power Commission à la fin des 1940. Il a ensuite fait des études supérieures en urbanisme en Caroline du Nord, notamment un stage à la Tennessee Valley Authority.
Il est revenu en Colombie-Britannique en 1952, pour occuper le premier poste de directeur administratif du nouveau Lower Mainland Regional Planning Board (comité d’urbanisme régional de la région métropolitaine de Vancouver), où sa vision de « villes dans un océan de verdure » a façonné l’urbanisme de la région pendant des décennies. Dans les années 1960, M. Wilson a travaillé comme urbanisme à BC Hydro, où ses fonctions comprenaient l’évaluation des répercussions des projets d’envergure sur les communautés locales et, de manière plus générale, l’intégration d’aspects particuliers liés au bien-être collectif dans la planification et les politiques de BC Hydro.
Il s’est alors rendu dans l’Est pour enseigner l’urbanisme à la Brock University et à l’université de Waterloo. Il est l’auteur de People in the Way, ouvrage sincère et éloquent qui porte sur l’aide apportée pour la réinstallation des résidents des lacs Arrow qui ont été inondés en raison du projet de Columbia River. L’attachement inconditionnel de M. Wilson pour cette région et ses habitants transparaît clairement dans ses écrits. Lors de sa revue de l’ouvrage en 1972, le chroniqueur Allan Fotherhingham a conclu qu’il s’agissait d’« un livre bien. Un homme bien. » M. Wilson est revenu en C.-B. en 1972 pour occuper le poste de directeur administratif de BC Hydro, sous l’autorité du nouveau gouvernement dirigé par le NPD. En 1975, M. Wilson a réintégré le monde des études supérieures, en consacrant les dernières années de sa carrière au poste de professeur d’urbanisme et d’aménagement rural au département de géographie de la Simon Fraser University. 
M. Wilson a perdu son épouse aux environs de sa retraite, mais est resté actif de diverses façons, enseignant à l’école du soir du Collège Capilano, rédigeant un livre pour Self-Counsel Press, et offrant des services d’expert-conseil. Il a pu profiter de la vie même nonagénaire, et, au cours des dernières années de sa vie, on l’apercevait parfois sur son scooter dans les rues principales de West Vancouver, se dirigeant vers un café en déployant son drapeau de « tête de mort » pour avertir les voitures de sa présence. Le titre de son œuvre, et ce drapeau comme symbole de la circulation urbaine, veulent tout dire. 
Tous décrivaient M. Wilson comme un « véritable gentleman ». Le 28 avril 2009, il est décédé paisiblement dans son fauteuil placé devant une grande fenêtre donnant sur l’inlet Burrard.